mercredi 8 avril 2015

Il Pastore (Le Berger)




Quasi era buio,
e ritornò il pastore alla sua casa,
a passo lento,
insieme al gregge stanco.
E nello sguardo,
perduto in lontananza,
un ondeggiar di prati
e tra l'azzurro
un lieve galleggiar di nubi bianche.

Il lungo e lento silenzio andare
ha consumato in lui tante passioni,
non è rimasto che saggezza e amore,
e tanto basta per riempire un cuore.

Paola Cannas  Respiri e sospiri  Felici Editore, 2013


Il faisait presque nuit,
et le berger rentra chez lui,
à pas lents,
avec son troupeau fatigué.
Et dans son regard,
perdu dans le lointain,
un ondoiement de prairies
et dans l'azur
une flotte légère de nuages blancs.

Le long et silencieux passage du temps
a consumé en lui tant de passions,
il n'est resté que de la sagesse et de l'amour,
et cela suffit à remplir un cœur. 

(Traduction personnelle) 






Images : en haut, Vittorio Poli  (Site Flickr)

en bas, Claudio Laddaga  (Site Flickr)



1 commentaire:

  1. " Le long et silencieux passage du temps
    a consumé en lui tant de passions,
    il n'est resté que de la sagesse et de l'amour,
    et cela suffit à remplir un cœur. "
    La juste mesure...
    Très belle page (poème et photos), reposante, si sereine.

    RépondreSupprimer