samedi 30 avril 2016

Malarazza




Malarazza (1976) est une chanson de Domenico Modugno, adaptée d'une poésie écrite en sicilien par un anonyme (Lamento di un servo a un santo crocifisso, Lamentation d'un serf à Jésus-Christ), et publiée en 1857 par Lionardo Vigo dans un recueil de poésies et chants populaires de Sicile.  




Nu servu tempu fa d'intra na piazza 
Prigava a Cristu in cruci e ci dicia 
Cristu lu mi padroni mi strapazza 
 Mi tratta comu un cani pi la via 
Si pigghia tuttu cu la sua manazza 
Mancu la vita mia dici che è mia 
Distruggila Gesù sta malarazza 
Distruggila Gesù fallu pi mmia 
fallu pi mia. 

Tu ti lamenti ma che ti lamenti, pigghia nu bastoni e tira fora li denti 
Tu ti lamenti ma che ti lamenti, pigghia nu bastoni e tira fora li denti 

E Cristu m'arrispunni dalla cruci 
Forsi si so spizzati li to vrazza 
Cu voli la giustizia si la fazza 
Nisciuni ormai chiù la farà pi ttia 
Si tu si un uomo e nun si testa pazza 
 Ascolta beni sta sentenzia mia 
Ca iu 'nchiodatu in cruci nun saria 
S'avissi fattu ciò ca dicu a ttia 
Ca iù 'inchiadatu in cruci nun saria 

Tu ti lamenti ma che ti lamenti, pigghia nu bastoni e tira fora li denti 
Tu ti lamenti ma che ti lamenti, pigghia nu bastoni e tira fora li denti 


Un serf autrefois sur une place
Priait Jésus-Christ en lui disant :
« Jésus, mon maître me malmène
Il me traite comme un chien errant
Il vit à mes crochets
Et il me dit que ma vie-même lui appartient :
Jésus, détruis-là, cette engeance
Fais le pour moi, Jésus, je t'en supplie !
Fais-le pour moi ! »  

Tu te lamentes, mais ça ne sert à rien !
Prends un bâton et montre-lui les dents !

Et Jésus sur sa croix me répondit :
« Tu n'as donc plus de force dans tes bras ?
Celui qui veut la justice doit se battre !
Et personne ne le fera à ta place !
Si tu es un homme et pas un insensé
Écoute bien ce que je te dis
Car je n'aurais pas fini sur cette croix
Si j'avais agi comme je te dis de le faire ! »

Tu te lamentes, mais ça ne sert à rien !
Prends un bâton et montre-lui les dents !

(Traduction personnelle)






Le poème original récité par Rosa Balistreri :


Un servu tempu fa, in chista piazza   
cussì prijava a un Cristu, e cci dicìa: 
- Signuri, 'u me' patruni mi strapazza, 
mi tratta comu un cani di la via ;  
se mi lamentu,cchiù peju amminazza, 
ccu ferri mi castì ja a prigionia ;  
tuttu si pigghia ccu la so manazza,  
la vita dici ca mancu e` di mia ; 
undi jò vi preju, chista mala razza  
distruggìtila vui, Cristu, pri mia.  

E tu forsi chi hai ciunchi li vrazza, 
o puru l'hai 'nchiuvati comu a mia ?  
Cui voli la giustizia si la fazza, 
né speri ch'autru la fazza pri tia. 
Si tu si omu e non si' testa pazza, 
metti a prufittu sta sintenza mia :  
jò non sarìa supra sta cruciazza,  
si avissi fattu quantu dicu a tia.



Images : en haut, Renato Guttuso  Occupazione delle terre incolte in Sicilia (1949-1950)

en bas, (1) Giuseppe (Pippo) Consoli  Portella della Ginestra (1951)

(2) photogramme du film de Francesco Rosi  Salvatore Giuliano (1962)

1 commentaire: